acéré

acéré, ée [ asere ] adj.
• 1155 « garni d'acier »; de acer, forme anc. de acier
1Se dit d'un objet métallique garni d'acier pour le rendre plus tranchant, plus effilé. Des flèches acérées.
Par ext. Dur, tranchant et pointu. Griffes acérées.
2(XVIe) Littér. acerbe, 1. caustique. « Julie Talma se distinguait par ses railleries acérées » (Madelin).

acère adjectif (du grec keras, corne) Se dit d'animaux sans cornes ou sans expansions paires, dans les groupes ordinairement pourvus de ces organes.

acéré, ée
adj.
d1./d Tranchant ou pointu. Les griffes acérées des félins.
d2./d Fig., litt. Blessant, caustique. Décrire quelqu'un d'une plume acérée.

⇒ACÉRÉ, ÉE, part. passé et adj.
I.— Part. passé de acérer
II.— Adjectif
A.— Au propre
1. [En parlant du fer, d'un obj. en fer] Garni d'acier pour en rendre le tranchant plus affilé ou plus pointu :
1. Les briques destinées aux constructions extérieures (...) doivent être (...) dures au point de faire feu sous le choc du marteau acéré du maçon.
A. BRONGNIART, Traité des arts céramiques, t. 1, 1844, p. 339.
2. J'ai pris un canif dont la lame avait un tranchant acéré, et me suis fendu les chairs aux endroits où se réunissent les lèvres.
LAUTRÉAMONT, Les Chants de Maldoror, 1869, p. 126.
3. Cela ne se fit pas sans que l'on chassât un peu dans les environs, d'autant mieux que Pencroff possédait maintenant quelques douzaines de flèches armées de pointes très-acérées.
J. VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 117.
4. ... Fleury, toujours dévoué, était remonté là-haut et avait vu par le judas que le prisonnier maniait un autre couteau de petite dimension, cette fois, mais qui dardait une lame acérée comme une langue de vipère.
BOYLESVE, La leçon d'amour dans un parc, 1902, p. 136.
P. compar. (avec la forme d'une lame acérée) :
5. LE CHŒUR. — Louée soit notre sœur la flamme qui est pure — forte — vivante — acérée — éloquente — invincible — irrésistible —!
P. CLAUDEL, Jeanne d'Arc au bûcher, 1939, 11, p. 1225.
2. P. ext. [En parlant de choses naturellement tranchantes] Tranchant, pointu.
Dans le domaine de la zool. :
6. Aiguillons, tarières, ventouses, dents tranchantes, pinces acérées, un arsenal d'armes inconnues qui n'ont pas de noms encore, naquirent, s'allongèrent, s'aiguisèrent pour travailler la matière vive.
J. MICHELET, L'Insecte, 1857, p. 132.
7. Il y avait des dents aiguës et des griffes acérées qui s'enfonçaient dans les chairs saignantes.
L. MÉNARD, Rêveries d'un païen mystique, 1876, p. 213.
Dans le domaine de la bot. :
8. Au bruit de leurs discours, le monstre qui dormait
Leva sa tête étrange, avec un long murmure,
Et, tout autour de lui, de la base au sommet,
Son feuillage acéré sonna comme une armure...
L. BOUILHET, Dernières chansons, L'Aloès, 1869, p. 102.
9. Les Aloès (Aloe), (...) sont connus pour leurs feuilles charnues au bord garni d'épines acérées.
PLANTEFOL, Cours de botanique et de biologie végétale, t. 2, 1931, p. 312.
B.— P. anal. Qui produit une sensation aiguë.
[En parlant de sons] Perçant, strident :
10. ... de toute cette foule effervescente s'échappait, comme la vapeur de la fournaise, une rumeur aigre, aiguë, acérée, sifflante comme les ailes d'un moucheron.
V. HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 58.
11. C'était indéfinissable et charmant; quelque chose de pur, de sonore, d'aérien, d'ailé, pour ainsi dire. C'étaient de continuels épanouissements, des mélodies, des cadences inattendues, puis des phrases simples semées de notes acérées et sifflantes.
V. HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832 p. 79.
[En parlant du froid] Vif, intense :
12. Aujourd'hui éveillé à neuf heures, lu de l'italien dans mon lit, — puis levé, — déjeuné. — Un temps gris et bas, — le froid pénétrant et acéré.
J. BARBEY D'AUREVILLY, Premier memorandum, 1838, p. 165.
C.— Au fig.
1. Compar. explicite. Qui laisse une impression vive, comme si elle était produite par une lame ou une pointe acérée :
13. Le regard de l'Anglais était froid et acéré comme une lame d'épée...
P.-A. PONSON DU TERRAIL, Rocambole, t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 97.
14. Car il est de certaines sensations délicieuses dont le vague n'exclut pas l'intensité; et il n'est pas de pointe plus acérée que celle de l'infini.
Ch. BAUDELAIRE, Petits poèmes en prose, Le « Confiteor » de l'artiste, 1867, p. 16.
15. Vitet? Un destructeur! Son arme favorite est un mot, insignifiant en apparence, mais plus tranchant qu'un scalpel et plus acéré qu'un aiguillon.
G. DUHAMEL, La Confession de minuit, t. 1, 1920, p. 164.
2. [En parlant d'une idée, d'une méthode, d'une fac. hum.] Fin, pénétrant :
16. ... l'idée est fine, délicate, acérée, quelquefois subtile...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, févr. 1865, p. 130.
17. ... la mystique, issue de l'exercice de la Raison, est une SCIENCE, et la plus stricte et acérée de toutes.
L. DAUDET, Études et milieux littéraires, 1927, p. 24.
18. Il ne l'avouait guère et comme, à cet étrange respect, se mêlait beaucoup d'aversion, il attaquait volontiers et cherchait l'avantage. Il redoutait, entre autres, l'intelligence acérée de Schleiter et se refusait pourtant à lui marquer la moindre considération.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Vue de la terre promise, 1934, p. 123.
3. [En parlant d'un écrit, de paroles, de leur ton, d'attitudes] Vif, mordant :
19. Eh bien, la parole la plus acérée, l'ironie la plus aiguë, ne lui arrachèrent ni un mouvement ni un geste de dépit.
H. DE BALZAC, La Peau de chagrin, 1831, p. 129.
20. C'était un homme d'une grande taille, dont la physionomie, vulgaire et disgracieuse dans l'ensemble, s'animait de temps en temps d'une finesse railleuse et d'un sourire acéré.
L. REYBAUD, Jérôme Paturot, 1842, p. 214.
21. M. Duranty est là, au milieu de ses estampes et de ses livres, assis devant sa table, et ses doigts effilés et nerveux, son œil, acéré et railleur, sa mine fouilleuse et aiguë, son pincé de comique anglais, son petit rire sec dans le tuyau de sa pipe, repassent devant moi à la vue de cette toile où le caractère de ce curieux analyste est si bien rendu.
J.-K. HUYSMANS, L'Art moderne, 1883, p. 136.
22. Un bas bleu, Mme de Villeparisis en avait peut-être été un dans sa prime jeunesse, et, ivre alors de son savoir, n'avait peut-être pas su retenir contre des gens du monde moins intelligents et moins instruits qu'elle, des traits acérés que le blessé n'oublie pas.
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes 1, 1920, p. 186.
23. Si l'on répète un propos de Philip, il reste acéré, subtil, il continue à faire mouche.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, Épilogue, 1940, p. 966.
24. ... je refoulai les chevaliers errants, je me parlai sans cesse des hommes de lettres, des dangers qu'ils couraient, de leur plume acérée qui embrochait les méchants.
J.-P. SARTRE, Les Mots, 1964, p. 144.
P. ext., rare. [En parlant d'une pers.] :
25. Il hantait volontiers les soupers sans entraves,
Où l'esprit, en jouant, se mêle aux choses graves,
Philosophe acéré, convive ingénieux,
C'était lui qu'en son cœur l'édile aimait le mieux,
Après un morse noir qu'il nourrissait d'esclaves,
Et Coracoïdes, son bouffon aux gros yeux.
L. BOUILHET, Melaenis, 1857, p. 39.
Prononc. — Enq. :/1/.
Étymol. ET HIST. — 1. a) 1155 « garni d'acier (de l'extrémité d'une lance rendue plus tranchante et solide) » (Brut, éd. Arnold, 9298 ds KELLER, Voc. Wace, 314 b : Lance ot redde, Bun aveit nun, Acerez fu li fer en sun); 1172-75 « id. » (CHRÉT. DE TROYES, Chevalier au Lion, éd. M. Roques, 5618 : Et lor escu n'estoient mie Tel que rien en ostast espee Tant fust tranchanz ne aceree); b) 1562 « dur et tranchant comme l'acier » (RABELAIS, L'Île sonante, éd. Abel Lefranc, p. 24-25 : les chats fourrez sont bestes moult horribles... ils... ont aussi les griphes tant longues, fortes et asserees que rien ne leur eschappe); 2. emploi fig. a) 1276 « dur comme l'acier, inébranlable (de pers.) » (Enf. Og., éd. Scheler, 6769 ds T.-L. : ce sont gent aceree); b) 2e moitié XVIe s. « robuste, fort (inanimé non matériel) » (CHARRON, P. Traité de la sagesse, I, III, ch. XXXIX, 759 ds GDF. Compl. : Socrates par sa sobrieté avoit une santé forte et aceree); c) av. 1755 « (d'un propos destiné à blesser) piquant, mordant » (SAINT-SIMON, Mém. [1715], t. XII, c. 18 ds Dict. hist. de la lang. fr. publ. par l'Ac. fr., t. 1, 1865, 696 b : Les brocards les plus cruels et les mieux acérés, couloient sur lui comme sur toile cirée, pour peu qu'il crût avoir intérêt à les secouer).
Dér. de acer, forme anc. de acier; suff. ; cf. a. fr. acerin « id » aux sens propre et fig.
STAT. — Fréq. abs. litt. :155.

acéré, ée [aseʀe] adj.
ÉTYM. 1155, « garni d'acier »; de acer, forme anc. de acier.
1 Se dit d'un objet métallique que l'on a garni d'acier pour en rendre le tranchant plus affilé, la pointe plus aiguë.(1562). Par ext. Dur et tranchant, pointu. || Une lame, une flèche acérée. || Des griffes acérées. || Des épines acérées.
1 (…) un serpent qui le blessait au cœur de sa langue acérée et envenimée.
Voltaire, Zadig, VII.
Par métaphore :
1.1 (…) telle est la raison qui rend presqu'impossible la durée des associations criminelles, n'opposant que des pointes acérées aux intérêts des autres, tous doivent se réunir promptement pour en émousser l'aiguillon.
Sade, Justine…, t. I, p. 51.
2 Fig. Qui produit une sensation vive. || Des sons acérés, aigus. Strident. || Un froid acéré, vif. Intense.
2 Une rumeur aigre, aiguë, acérée, sifflante comme les ailes d'un moucheron.
Hugo, Notre-Dame de Paris, I, 5.
3 De longs cris d'enfant montaient de la terre, atteignaient dans l'air le sifflement acéré des hirondelles.
Colette, la Chatte.
Qui laisse une impression vive. || Un regard acéré. || Des paroles acérées. Mordant.
3.1 (…) quelqu'un l'écoutait vraiment : Mme Sarlat. Elle ne perdait pas un mot du discours et attachait sur la figure du discoureur un regard acéré et impénétrable.
Jean-Louis Curtis, le Roseau pensant, p. 34.
3.2 Si je haussais les épaules en déclarant qu'aucun de ces jeux physiques ne tirait à conséquence, j'infligeais à son amour-propre la blessure la plus acérée, sous prétexte de calmer ses remords.
M. Yourcenar, le Coup de grâce, p. 187-188.
3 (XVIe). Fig. Intentionnellement blessant, mordant. Acerbe, caustique, mordant. || Les traits acérés de la raillerie. || Une plume acérée. || Un écrit d'un style acéré.
4 Il put même y donner libre cours à ses qualités incisives, mordantes, acérées (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, Montalembert.
Par métaphore du sens 1. :
5 (…) son sarcasme aux dents acérées (…)
Hugo, Littérature et Philosophie mêlées, p. 115.
CONTR. Émoussé. — Bienveillant, doux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • acéré — acéré, ée (a sé ré, rée) part. passé. 1°   Rendu tranchant par l acier, affilé, aigu. Fer à pointe acérée. •   La plainte qu on permet à des désespérés Ne te sauvera pas de ses traits acérés, ROTROU Herc. mour. V, 3. •   Un serpent blessait Zadig …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • acéré — lacéré macéré …   Dictionnaire des rimes

  • aceré — Aceré, [acer]ée. adj. Qui est fait d acier, soit en tout, soit en partie. Il se dit principalement des instrumens à couper, à trancher, à percer, pour dire, qu Ils sont coupans, tranchans, perçans. Lame acerée. pointe acerée. des traits bien… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ácere — (Del lat. acer, ĕris). m. arce1 …   Diccionario de la lengua española

  • ácere — ► sustantivo masculino BOTÁNICA Arce, árbol aceráceo que crece en regiones templadas. * * * ácere (del lat. «acer, ĕris»; en especial Acer campestre y Acer monspessulanum) m. *Arce. * * * ácere. (Del lat. acer, ĕris). m. arce1 …   Enciclopedia Universal

  • Acere — Puede referirse a: El nombre común de la planta Acer campestre. El nombre común de la planta Acer monspessulanum. El nombre común de la planta Acer opalus. Esta página de desambiguación cataloga artículos relacionados con el mismo título. Si… …   Wikipedia Español

  • Ácere — Puede referirse a: El nombre común de la planta Acanthus mollis. El nombre común de la planta Acer campestre. El nombre común de la planta Acer monspessulanum. El nombre común de la planta Acer opalus. El nombre común de la planta Vitis vinifera …   Wikipedia Español

  • acère — (a se r ) adj. m. Histoire naturelle. Il se dit d insectes qui n ont point d antennes et de mollusques dont la tête est dépourvue de tentacules. ÉTYMOLOGIE    A privatif, et terme grec signifiant corne (voy. corne) …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • acère — dilacère lacère macère …   Dictionnaire des rimes

  • acéré — adj. => Pointu, Tranchant ; fig., => Caustique, Mordant …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.